• Ségolène Royal était mercredi 7 juin l invitée de Jean-Michel APHATIE et d Alain DUHAMEL sur RTL

    Sur le projet arrêté mardi 6 juin au soir par les responsables socialistes en vue des futures échéances présidentielles, Ségolène Royal a fait savoir qu’elle était très contente de ce qui se passe puisque l'ensemble des propositions qu’elle a fait ont été retenues.                                                                                                                                                                "Le projet est l’aboutissement d’un long cheminement (travail fait lors des Etats Généraux) et dont les militants doivent maintenant s’emparer en vue de son amélioration."

    Le projet des socialistes a retenu la mise sous tutelle judiciaire des allocations dans une logique de soutien à la parentalité, avancée par Ségolène Royal la semaine passée.
    Ségolène Royal a réaffirmé qu’elle n’avait jamais proposé que des militaires encadrent de jeunes primo-délinquants dans des centres fermés et a cité en exemple les Etats-Unis où ce fut un échec. Mais "au nom de quoi, dans une République, les professions à uniforme - militaires, gendarmes, pompiers - seraient considérées comme devant rester en marge d'un effort collectif? C'est un chantier national majeur", a-t-elle dit.
    « Ceux qui souffrent de l’insécurité sont les personnes les plus modestes issus des quartiers les plus défavorisés. La logique du PS n’est pas d’enfoncer les gens, contrairement à la Droite qui construit de plus en plus de prisons. Il s'agira de "centres d'éducation renforcée" et "chantiers d'apprentissage et d'insertion pour éviter la récidive ».
    « Nicolas Sarkozy a crée la délinquance de masse  à laquelle le PS répond par des propositions alternatives à la prison ».
    Elle a mis en avant la logique de la politique par la preuve, consistant à « essayer » plutôt que de ne rien faire afin de faire réussir les jeunes.

    Sur les 35H, la prise de conscience collective sur les salariés, les ouvriers, les employés les moins qualifiés durement touchés par la réorganisation du temps de travail date des législatives 2002.
    "Personne n'a contesté" ce bilan en commission du projet, a-t-elle dit, en assurant qu'il ne s'agit pas de "remettre en cause la totalité d'une réforme".
    "La réforme des 35 H constitue un progrès social mais il faut rectifier les choses", a-t-elle dit.

    Sur sa liberté de parole, elle a assuré qu’elle continuerait dans ce sens, comme tous les autres socialistes. 

    Sur les critiques à son encontre lui reprochant de jouer un jeu personnel, Ségolène Royal a répondu : « J'entends beaucoup de critiques en effet parmi certains responsables, qui font beaucoup de bruit mais qui sont assez peu nombreux au demeurant, alors qu'à la base, je ressens beaucoup de soutien. Cherchez l'erreur. »

    Enfin, Ségolène Royal, candidate probable à l'investiture socialiste pour la présidentielle de 2007, a affirmé mercredi qu'elle se retirerait "devant tout candidat mieux placé qu'elle pour battre la droite" et que cela ne lui poserait "aucun problème".

    Retrouver l’intégralité de son interview sur le www.rtl.fr dans la rubrique Les Chroniques.


  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Juin 2006 à 21:10
    Ségolien de tous les pays...
    Alors vous fusionnez avec l'autre blog de soutien??? Mettez les au moins en lien!!! Ségoliens de tous les pays ...... bonne journée
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :