• Les zones urbaines sensibles soutiennent Sarkozy mais votent Royal. Le Monde

    Les zones urbaines sensibles soutiennent Sarkozy mais votent Royal LEMONDE.FR avec AFP | 04.02.07 | 10h03  <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p><o:p> </o:p>



    Qui a dit que les électeurs des quartiers populaires n'étaient pas concernés par la politique et les échéances électorales ?



    Plus de 9 électeurs sur 10 des "zones urbaines sensibles" (ZUS) ont l'intention de voter à la présidentielle selon une enquête BVA pour l'association Agir pour la citoyenneté publiée par publié par le Journal du dimanche. 88 % des sondés inscrits sur les listes électorales disent avoir "certainement" l'intention de voter à la présidentielle, et 8% "probablement", contre 3% "probablement pas" et 1% "certainement pas".



    Les ZUS, fixées à 751 par la loi du 14 novembre 1996, comptaient quelque 4,5 millions d'habitants au recensement de 1999, chiffre cité dans les derniers rapports de l'Observatoire national des ZUS.



    CHOIX PARADOXAL
     


    Parmi les habitants des ZUS (échantillon plus large comprenant des personnes âgées de 15 ans et plus) une courte majorité estime que Nicolas Sarkozy (27 %) est le candidat qui "prend le mieux en compte les problèmes des banlieues", devant Ségolène Royal (23 %), selon le Journal du Dimanche.



    Et ils pensent à 45 % "voter plutôt pour un candidat de gauche" et à 19 % "plutôt pour un candidat de droite".



     Selon cette enquête, ce sont les plus jeunes qui accordent leur soutien à Ségolène Royal avec 39,6 %, contre 24,9 % à Sarkozy chez les 15-19 ans, et 29,1 % contre 20,3 % chez les 20-24 ans. Le contre-coup de l'effet " racaille " et "Kärcher" en pleine émeute des banlieues.Arrivent ensuite Olivier Besancenot (6 %), Arlette Laguiller (5 %), Marie-George Buffet (4 %), François Bayrou (3 %), Dominique Voynet, Philippe de Villiers et Jean-Marie Le Pen recueillant 1 % chacun.




    Les thématiques qui "pèseront le plus lourd" dans le vote des inscrits sont "en premier" le chômage (23 %), la pauvreté et la précarité (17 %), le pouvoir d'achat (12 %) l'école et l'éducation (8 %). L'insécurité sera présente en "premier lieu" pour 7 % et l'immigration pour 3 %. Le sondage a été réalisé par téléphone du 19 au 24 janvier auprès d'un échantillon représentatif de 806 personnes âgées de 15 ans et plus (600 personnes inscrites sur les listes électorales) habitant en ZUS.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :